Lycée polyvalent
Arcisse de Caumont
Bayeux
Arcisse de Caumont : un choix ambitieux pour votre avenir 
École-Entreprise : Efficaces ensemble

Émotion à l’exposition photographie

Le thème de cette émouvante exposition porte sur la guerre en Syrie. Cette guerre a commencé en 2011, cela fait maintenant 6 ans qu’elle sévit et on dénombre plus de 300 000 morts.

Ce qui était à la base une démonstration paisible contre le régime de Bachar Al-Assad en mars 2011, s’est transformé en véritable bain de sang. C’est cette horreur qui transparaît de ces 34 photographies rapportés par 16 Syriens dénonciateurs.

Toutes ces photojournalistes représentent l’exode des Syriens, les milices des femmeskurdes, les bombardements accablant le peuple, les tragédies humaines, le travail des casques blancs, les villes devenues ruines et le combat contre l’organisation de l’Etats islamiques de ce conflit syriens.

Quelques unes des photos choisies par les élèves :

J’ai choisi d’illustrer mon article par cette photographie prise le 27 avril 2016 par Karam Al-Masri représentant un petit garçon qui pleure à côté du corps d’un proche décédé à cause d’une attaque aérienne.

Malgré le fait que toutes les photographies de cette exposition soient émouvantes j’ai été particulièrement touchée par cette photo que je trouve très poignante

Mémona

Je trouve que cette photographie résume tout ce qu’est la guerre, elle nous montre que tout le monde est touché, même des enfants, même des nourrissons. Les civils n’ont plus d’habitation, tout n’est que ruine, ils ont tout perdus. On voit la peur et l’inquiétude sur les visages des hommes et du petit garçon ( à gauche de l’image ). Ce petit garçon a un regard plein d’inquiétudeet insistant vis à vis du photographe, on se demande s’il ne cherche pas sa famille, s’il n’espère pas retrouver quelqu’un dans les ruines. Je trouve que cette photographie nous apporte une vision globale de la guerre et de ses ravages.

Ce cliché nous fait passer par beaucoup d’émotions, de l’inquiétude pour ces enfants nés dans un monde pour l’instant destructeur, de la peine pour ces civils dont la guerre a détruit la vie, de la révolte et de l’incompréhension face à une telle violence.

Elise

Après observations et réflexions, j’ai choisi la photo montrant la ville d’Alep dans un coucher ou bien un lever de soleil. La lumière provient du soleil, donnant une belle couleur à l’image. Au centre on perçoit un bâtiment différent des autres, peut être une mosquée ou un lieu important pour les habitants d’Alep. On voit les destructions massives des habitations. L’endroit est vide, inanimé : c’est désert !.

Cette photo représente les conséquences de la guerre, des bombardements : dégâts, destructions,désertification des habitants et la mort. Les survivants de ces attaques, peu nombreux, sont partis. Fuyant ces horreurs à la recherche d’une vie meilleure….

Léa


La photo ci-dessus représente la peur des habitants vis-à-vis des combats. Les Syriens ontlevé des bus entre deux immeubles pour, sans doute, se protéger des tirs, quels qu’ils soient. Les rues sont désertes, les habitants de la ville ont certainement, eux aussi, participé à l’exode hors du pays. On ne voit qu’un homme errant dans les rues, peut-être pour retrouver des membres de sa famille.

Cette photo m’a particulièrement touchée car elle montre tout ce que l’homme est capable de faire pour protéger sa vie et celles de ceux qu’il aime. Habituellement, un bus représente le voyage et l’évasion.Dans ce cas il est utilisé comme bouclier pour pouvoir rester simplement en vie.

Camille

Association sportive